Ultrariège : la réussite

Oui c’est la réussite pour cette première de l’Ultrariège. Bravo à tous les bénévoles et en particulier à notre éternel président d’honneur Gérard MASCLET.

Excellente organisation et beaucoup de monde sur les quatre courses proposées dans cet Ultra dont une forte délégation de l’ACP avec 15 participants.

Commençons par nos deux phénomènes : Nicole et Laurent sont venus à bout du terrible 165km au dénivelé monstrueux et à la météo capricieuse en 43h22 min ; ils finissent 35e et Nicole est 3e féminine d’une course ou seulement 49 des 124 inscrits ont terminé. On vous le dit : phénoménal !

Sur le 100km, Olivier Brouard lui aussi a bouclé un parcours redoutable en 26h22, belle performance pour une première sur cette distance.

Sur le 46km, c’est pas compliqué, 3 engagés, 3 podiums : Laurent Bourie termine 16e et 3e M2 en 6h57, Manu Ortega se classe 2e M5 en 8h13 et Sandra Lotis finit 2e M3 en 10h01.

Enfin sur le « sprint » des 22km du trail du Chioula, forte participation du club avec 9 engagés et là aussi de belles performances :  Pierre Burnel est 4e et 1er SE, Cédric Lutsen termine 14e et 1er M0, Pamela Beaujard de retour après un petit standby est 37e et 1ere SE et l’inoxydable Jean-Bernard Bellongue finit 93e et 1er M7.  Ils ont été accompagnés par Loïc Cancel, Yanis Pujol, Laurent Sentenac, Marjorie Cazenave et Christophe Latré.

Les Milans royaux de l’ACP

C’est sous ce surnom que notre équipe choc composée de Florian, Pierre et Owen a participé samedi 03 juillet au Raid des Rapaces du 1er RCP de Pamiers. Ci-dessous l’excellent compte-rendu de Florian. (Aux dernières nouvelles, ils sont tous les trois partis en Guyane pour le raid commando de la légion !)

Au programme de ce raid des Rapaces : 15 km de course à pied ponctués de 23 ateliers physiques. D’un atelier de cross ops à une séance de tir à l’arc, en passant par une traversée à la nage de l’Ariège et sans oublier la poussée d’un Petit Véhicule Protégé (PVP) de 3,5 tonnes, les concurrents n’auront pas le temps de s’ennuyer !

Fière de son identité appaméenne, l’ACP a engagé une équipe de 3 personnes : Pierre, Owen et Florian ont défendu les couleurs de l’Association.

Une première bonne surprise attendait les participants avant le départ : le sac de 5 kg devant être porté tout au long du parcours n’est finalement pas obligatoire. Nos trois champions ne se firent pas prier pour déposer cette lourde charge.

A 13h24 précises (ponctualité militaire oblige) Pierre, Owen et Florian s’élancent depuis l’abbaye de Cailloup avec un petit avantage : ils connaissent bien le terrain de jeu de l’après-midi, ce qui va nettement simplifier la course d’orientation. Ils ont bien conscience que la clé de la réussite consiste à maintenir une bonne cohésion dans l’équipe afin de rapidement progresser sans laisser personne sur le bord du chemin.

Le rythme de course est soutenu. Heureusement chaque atelier apporte un peu de repos, ou du moins un ralentissement.

Passage à gué dans le ruisseau, course type Bike & Run et ramping sont rapidement avalés. S’en suivent un porté de blessé et une ascension d’échelle de corde qui mettent à mal les organismes, à moins que ne soit l’ascension à l’antenne relais et ses 150 m de dénivelé positif…

Toujours sur un bon rythme de course, les concurrents avalent 1,5 km de piste avant de rejoindre un passage de pneu et un atelier de cross ops où les bras sont mis à rude épreuve. Il leur faut ensuite coordonner leurs déplacements pour franchir encordés un labyrinthe sinueux. Un rapide passage dans une canalisation et les voilà déjà rendus sur le pas de tir un arc à la main. Pas facile de calmer sa respiration pour viser mais les flèches finissent par atteindre leur cible. Encore un petit effort pour désescalader un talus et courir dans un ruisseau avant d’atteindre l’atelier de combat : boxer une cible, frapper du pied un matelas et rouer de coups un boudin, les muscles commencent à tirer. La traversée rafraîchissante de l’Ariège à la nage arrive alors à point nommé pour vivifier les concurrents qui en ont fini avec la partie champêtre et s’élancent dans le centre-ville de Pamiers.

De l’escalade d’un Véhicule de l’Avant Blindé (VAB) au porté d’un lest jusqu’à l’esplanade du Castella, les concurrents devront ensuite escalader et ramper sur les modules du skate park. La fin se rapproche mais il reste encore à sauter d’un mur dans le parc de l’office de tourisme, traverser un VAB en bord de canal et pousser un PVP place Milliane avant de jeter une grenade dans une cible et enfin pousser un pneu de poids lourd place de la République.

La ligne d’arrivée franchie, Pierre, Owen et Florian sont exténués mais heureux de leur course : pas de bobo et un temps respectable de 1h35min. Cette belle performance ne leur permettra pas de monter sur le podium (4ème place) mais le rendez-vous est pris pour l’année prochaine !

L’ambiance de ce Raid est très appréciable. Chaque équipe est là pour donner le meilleur d’elle-même tout en gardant un esprit bienveillant envers les autres équipes. Les ateliers sont adaptés aux civils et les militaires présents ont à cœur de bien accueillir chaque équipe. Ce Raid participe au rayonnement du 1er RCP et permet aux sportifs de se confronter à quelques activités inhabituelles. L’ACP réitérera sans hésiter cette expérience l’année prochaine.

Résultats Pic’tes de Montaut

Les coureurs et randonneurs étaient de retour à Montaut le vendredi 2 juillet, un rendez-vous que n’ont pas manqué les coureuses de l’AC Pamiers, avec succès.

Ainsi, Caroline Cottard et Cécile Evans se sont illustrées en tête de la course, finisssant respectivement 1ère et troisième féminine.
Chez les hommes, Jean Flory a écrasé les concurrents finissant les 7 km en moins de 25 minutes. Notons la participation pour l’ACP de Yanis Pujol qui a profité de l’occasion pour soigner son entrainement.

Les résultats complets de la course sont disponibles sur Midirun, où vous pourrez également retrouver les résultats du trail de Montgaillard.

N’oublions pas à venir à partir du 23 juillet 2021 l’Ultrariège, avec une vingtaine de nos membres engagées essentiellement sur le 22km, mais aussi sur le 46 et le 165km.

Le retour de la course à pied

Dans cette phase de déconfinement progressif, il est temps de rappeler qu’elles vont être les phases du calendrier sanitaire, concernant la pratique de la course à pied, et de la compétition amateur, qu’elles soient sur route ou chemins.

L’entrainement en groupe

Jusqu’au 19 mai, la pratique hors compétition en groupe est limitée à 6 personnes, et ce bien sûr jusqu’à 19h.
A partir du 19 mai, nous pourrons courir en groupe de 10 personnes avec un groupe feu qui sera déplacé à 21h.
A partir du 9 juin, avec un couvre feu qui débutera à 23h, les groupes pourront atteindre 25 personnes.
Enfin à compter du 30 juin, il ne devrait plus y avoir de limitation, et il sera même possible de courir la nuit puisque le couvre feu sera levé à cette date

Et les courses ?

Pour les compétitions de course à pied, comme pour d’autres sports de plein air, la règle a été fixée à 50 participants à partir du 19 mai, 500 participants au 9 juin et dans la limite de 2.500, sachant qu’il sera exigé un pass sanitaire au-delà de 1000 participants.

Enfin !

On avait fini par ne plus l’attendre.  Cette fois c’est la bonne !

Balussou va être enfin équipé d’une vraie piste d’athlétisme et ses installations annexes vont être modernisées.  Début des travaux en mai prochain et livraison prévue en septembre (de cette année).

De quoi nous aider à patienter pour attendre la libération !

Pas de manifestations sportives sur la voie publique jusqu’en juin (au moins)

Voici un petit point sur la situation pour le sport amateur. Les coureurs vont devoir encore patienter avant de faire leur retour sur les sentiers ou les routes en compétition.
Avec la prolongation, hier, de l’état d’urgence par l’Assemblée nationale, les manifestations sportives sur la voie publique resteront interdites au moins jusqu’en juin.


Les fantômes de la crise sanitaire vont continuer de hanter les organisateurs d’épreuves sportives en ce début d’année. Depuis octobre dernier, les manifestations qui doivent se tenir sur la voie publique n’ont plus pignon sur rue. Déclaré par décret le 14 octobre dernier, l’état d’urgence sanitaire était entré en vigueur pour un mois le 17 octobre avant d’être prolongé via un projet de loi jusqu’au 16 février 2021. À La Réunion comme ailleurs, les organisateurs attendaient la levée de l’état d’urgence pour s’assurer de pouvoir confirmer le maintien de leurs épreuves au calendrier en 2021. Hier, l’Assemblée nationale a finalement prolongé (113 voix pour, 43 voix contre) jusqu’au 1er juin 2021 l’application de l’état d’urgence sanitaire en cours. “Nous restons dans le cadre du décret du 16 octobre qui définit un cadre pour les Outre-mer et qui prescrit les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire*“, souligne simplement Camille Goyer, la directrice de cabinet du préfet. Si le projet de loi doit encore être validé de façon définitive après être passé entre les mains du Sénat, son adoption avant le 16 février ne laisse pas planer l’ombre d’un doute. “Ce décret a vocation à perdurer et l’on sait, qu’au regard de l’évolution de la situation sanitaire et de l’apparition de variants en métropole, il demeurera en l’état pour le moment, poursuit Camille Goyer. Nous sommes donc toujours dans ce cadre et cela évoluera sur le plan local lorsque ce sera le cas sur le plan national.”

“Il n’y a pas de droit de dérogation”

Sur l’île, l’annulation des manifestations sportives sur la voie publique continue de faire grincer des dents. Beaucoup d’organisateurs regrettent, notamment, qu’aucune adaptation n’ait été faite alors que les problématiques locales sont différentes de celles observées en métropole. La situation sanitaire stable, l’absence de public sur les manifestations ou encore l’efficacité des protocoles sanitaires mis en place après le confinement, que ce soit sur des trails ou des épreuves de vélo, plaident selon ces derniers en faveur d’une reprise de l’activité. “Le texte est fixé par le Premier ministre, non par le préfet, rappelle la directrice de cabinet du préfet. Il n’y a pas de droit de dérogation qui a été donné puisque le décret est lié à la situation sanitaire nationaleIl y a deux choses à bien prendre en compte : l’interdiction des manifestations sur la voie publique relève du Premier ministre tandis que l’organisation de compétition dans des enceintes fermées adaptées (ETR) est à la main du préfet.” À ce sujet et au vu de la situation sanitaire locale, la préfecture n’a pas décidé d’infléchir sa position concernant le maintien à huis clos des compétitions indoor. Pour les autres, qu’ils soient cyclistes, pilotes de rallye ou encore traileurs, la saison 2021 ne s’annonce pas plus radieuse que l’année 2020. L’article 3 du texte, qui rendait applicable le régime de sortie de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 septembre 2021, a toutefois été supprimé en commission par les députés. Un nouveau projet de loi devra donc être présenté courant mars pour permettre de choisir le dispositif le plus adapté à la situation sanitaire, à savoir la prolongation de l’état d’urgence, la mise en œuvre d’un régime transitoire ou la sortie de l’état d’urgence. 

Christopher Mermet


Décret du 16 octobre

Les mesures prises

– Pas de rassemblement à plus de 6 dans l’espace public. – Interdiction des rassemblements privés (mariage, soirée étudiante…). – Protocole sanitaire renforcé dans les restaurants. – Règle d’occupation d’un siège sur deux ou groupe de 6 dans les lieux où l’on est assis. – Régulation des visiteurs dans les établissements recevant du public (ERP) 4 mètres 2 par personne.

Source : Clicanoo.re

Remerciements.

Monsieur et Madame DANDINE Odile et Gilbert, Monsieur et Madame RALUY Monique et Patrick , Leurs enfants et petits-enfants

Très touchés des marques de sympathie que vous leur avez témoignées lors du décès de Odette DEDIEU, vous remercient très sincèrement d’avoir partagé leur peine par votre présence, envoi de fleurs, message de sympathie ou d’amitié et vous prient de trouver ici l’expression de leur profonde gratitude.

VŒUX 2021

Chères adhérentes chers adhérents , Chers amis de L’ACP. Le conseil d’administration et moi-même vous présentons tous nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année, Ainsi qu’à vos proches.

Dans le contexte sanitaire actuelle nous espérons voir comme tout le monde le bout du tunnel en 2021 .

Au jour d’aujourd’hui nous ne savons pas si les courses vont pouvoir reprendre.

L’assemblée générale qui a lieu normalement fin janvier ne pourra pas se tenir pour le moment.

Nous reviendrons plus tard dans un prochain article Sur les événements à venir.

Prenez bien soin de vous et de vos prochains . En vous renouvelant tous nos vœux pour cette nouvelle année Sportivement Le conseil d’administration et son président

Mobilisation pour le téléthon

Dans quelques heures s’achèvera le téléthon télévisé, mais sur le terrain l’action s’étale sur plusieurs mois. Pour l’ AcPamiers, en l’absence de corrida, il vous a été proposé des défis individuels qu’il encore temps de réaliser.

#PamiersTropFort

C’est le mot d’ordre de la mobilisation de l’ ACP cette année pour l’ AFM-TELETHON. Rappelons les modalités : réaliser un défi sportif tout en faisant un don sur la page de collecte spécialement créé à cette occasion.

  • Réaliser le don sur la page de collecte
  • Inscrire en commentaire le défi que vous voulez réaliser
  • Partagez votre action avec le hashtag #pamierstropfort

Quel défi ?

Défi 1 : Trail long reconfiné : 70km totaux à réaliser avant le 6 décembre,
Défi 2 : Corrida Pamiers en solo : 8km de course à pied ou 4km de marche en une heure, sur le parcours de la course ou celui de votre choix,
Défi 3 : Marche du reconfiné : 50km totaux à réaliser avant le 6 décembre,
Défi 4 : Une heure de sport à la maison avec les vidéos de Keep Cool Pamiers ou un défi avec la distance de mon choix.

Ces défis seront reconduits la semaine prochaine, notamment pour laisser le temps pour les longs défis qui, rappelons le peuvent se fractionnés en plusieurs scéances.

#PamiersTropFort car si le téléthon c’est chacun chez soi, ce n’est pas chacun pour soi