Pas de manifestations sportives sur la voie publique jusqu’en juin (au moins)

course annulée

Voici un petit point sur la situation pour le sport amateur. Les coureurs vont devoir encore patienter avant de faire leur retour sur les sentiers ou les routes en compétition.
Avec la prolongation, hier, de l’état d’urgence par l’Assemblée nationale, les manifestations sportives sur la voie publique resteront interdites au moins jusqu’en juin.


Les fantômes de la crise sanitaire vont continuer de hanter les organisateurs d’épreuves sportives en ce début d’année. Depuis octobre dernier, les manifestations qui doivent se tenir sur la voie publique n’ont plus pignon sur rue. Déclaré par décret le 14 octobre dernier, l’état d’urgence sanitaire était entré en vigueur pour un mois le 17 octobre avant d’être prolongé via un projet de loi jusqu’au 16 février 2021. À La Réunion comme ailleurs, les organisateurs attendaient la levée de l’état d’urgence pour s’assurer de pouvoir confirmer le maintien de leurs épreuves au calendrier en 2021. Hier, l’Assemblée nationale a finalement prolongé (113 voix pour, 43 voix contre) jusqu’au 1er juin 2021 l’application de l’état d’urgence sanitaire en cours. “Nous restons dans le cadre du décret du 16 octobre qui définit un cadre pour les Outre-mer et qui prescrit les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire*“, souligne simplement Camille Goyer, la directrice de cabinet du préfet. Si le projet de loi doit encore être validé de façon définitive après être passé entre les mains du Sénat, son adoption avant le 16 février ne laisse pas planer l’ombre d’un doute. “Ce décret a vocation à perdurer et l’on sait, qu’au regard de l’évolution de la situation sanitaire et de l’apparition de variants en métropole, il demeurera en l’état pour le moment, poursuit Camille Goyer. Nous sommes donc toujours dans ce cadre et cela évoluera sur le plan local lorsque ce sera le cas sur le plan national.”

“Il n’y a pas de droit de dérogation”

Sur l’île, l’annulation des manifestations sportives sur la voie publique continue de faire grincer des dents. Beaucoup d’organisateurs regrettent, notamment, qu’aucune adaptation n’ait été faite alors que les problématiques locales sont différentes de celles observées en métropole. La situation sanitaire stable, l’absence de public sur les manifestations ou encore l’efficacité des protocoles sanitaires mis en place après le confinement, que ce soit sur des trails ou des épreuves de vélo, plaident selon ces derniers en faveur d’une reprise de l’activité. “Le texte est fixé par le Premier ministre, non par le préfet, rappelle la directrice de cabinet du préfet. Il n’y a pas de droit de dérogation qui a été donné puisque le décret est lié à la situation sanitaire nationaleIl y a deux choses à bien prendre en compte : l’interdiction des manifestations sur la voie publique relève du Premier ministre tandis que l’organisation de compétition dans des enceintes fermées adaptées (ETR) est à la main du préfet.” À ce sujet et au vu de la situation sanitaire locale, la préfecture n’a pas décidé d’infléchir sa position concernant le maintien à huis clos des compétitions indoor. Pour les autres, qu’ils soient cyclistes, pilotes de rallye ou encore traileurs, la saison 2021 ne s’annonce pas plus radieuse que l’année 2020. L’article 3 du texte, qui rendait applicable le régime de sortie de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 septembre 2021, a toutefois été supprimé en commission par les députés. Un nouveau projet de loi devra donc être présenté courant mars pour permettre de choisir le dispositif le plus adapté à la situation sanitaire, à savoir la prolongation de l’état d’urgence, la mise en œuvre d’un régime transitoire ou la sortie de l’état d’urgence. 

Christopher Mermet


Décret du 16 octobre

Les mesures prises

– Pas de rassemblement à plus de 6 dans l’espace public. – Interdiction des rassemblements privés (mariage, soirée étudiante…). – Protocole sanitaire renforcé dans les restaurants. – Règle d’occupation d’un siège sur deux ou groupe de 6 dans les lieux où l’on est assis. – Régulation des visiteurs dans les établissements recevant du public (ERP) 4 mètres 2 par personne.

Source : Clicanoo.re

Laisser un commentaire